Des plantes sans risque à la maternité, les GreenBibs

Le secteur médical doit se protéger des bactéries qui pourraient infecter les services comme le bacille pyocyanique  (Pseudomonas aeruginosa). Ce bacille occasionne de nombreuses infections chez les sujets fragilisés pour lesquels il est considéré comme un pathogène très dangereux. Il est à l’origine de 11% des infections nosocomiales. Il est aussi réputé pour sa résistance à de nombreux antibiotiques ce qui pose de sérieux problèmes de traitement et favorise sa dissémination en milieu hospitalier. Cette bactérie est présente dans les eaux de toutes provenances, mais aussi sur les végétaux et les fleurs, ce qui explique l’interdiction d’introduire des plantes en pots ou des fleurs coupées dans les chambres d’hôpital et plus généralement dans les services hospitaliers.

bibbleu1

Si tous les produits Greenfeel sont adaptés au monde hospitalier, nous avons décidé de créer une gamme de produits destinés au service le plus joyeux de l’hôpital; la maternité!

Ainsi sont nés les GreenBibs. De petits biberons, contenant un gel coloré en rose, bleu ou transparent et un petit arbre. Une délicate attention pour la maman, sans aucun risque pour le monde hospitalier.

bibrouge1

La collection « KIDS »

Greenfeel pense aux enfants. Les couleurs de nos produits, mais surtout l’originalité de nos plantes dont on peut voir les racines attirent les enfants. Ils aiment les regarder envahir le contenant au fil du temps. Nous nous sommes associés à Nathalie Le Gall, une illustratrice de Montpellier pour décorer nos Greenpocket de jolis stickers arborant petits animaux et insectes.

Un joli cadeau à faire pour un anniversaire!

Ludique et éducatif.

Présentation1

 

Mr Chlorophylle présente Greenfeel à Télématin

C’est devant un William Leymergie un rien ébahie que Philippe Collignon a présenté de bon matin nos produits sur France2.
Encore un joli reportage.
Merci Philippe!

Voici un lien pour ceux qui auraient raté la diffusion:

http://telematin.france2.fr/?page=chronique&id_article=40633

Le support de Greenpocket à leds; une veilleuse végétale.

Présentation4 L’association de Christophe Ployé (design), FF-prodesign (réalisation) et Greenfeel va bientôt donner naissance à une première génération de support de Greenpocket à led. Un design sobre et épuré, un produit en résine, des leds longues durées, et voilà un nouveau produit pour mettre ses petites plantes en valeur.

La couleur de gel utilisée prend toute sa dimension grâce à l’éclairage. Les couleurs opaques donnent des rendus tamisés, alors que les couleurs transparentes basculent dans le fluorescent.

Merci à Gaël pour les photos.

POCKETLIGHT1

 

POCKETLIGHT3

Greenfeel réalise les trophées de la neuvième édition du tournoi de golf organisé par l’IDRAC

P1070907

Et oui, Greenfeel a mis un « Green » dans un GreenCube. Réalisé pour la 9ÈME édition du trophée GOLF IDRAC qui aura lieu le 15 juin 2012 au golf de Massane, il décorera les lieux et créera la surprise ! Plusieurs trophées ont été réalisés dans le même esprit pour récompenser les vainqueurs du tournoi.

P1070906

Greenfeel crée la surprise et s’impose en toutes circonstances pour imaginer des produits surprenants et adaptés à tous les événements.

P1070909

« La déco in vitro » sur France 3

Pour ceux qui n’étaient pas devant leur écran le 28 avril, voici la chronique de Franck Prost dédiée à Greenfeel et diffusée dans l’émission « côté jardin » de France 3.

Pour lire l’article sur le site de l’émission: http://programmes.france3.fr/cote-jardin/?page=magazinein&id_article=8445

Et voici la chronique de Franck à voir ou revoir sur youtube:

http://www.youtube.com/watch?v=apxItosWf9s

Les Greenligth

L’éclat du verre et la noblesse de l’inox forment l’écrin parfait pour les plantes Greenfeel que contient cette lampe atypique. Surmonté d’un petit projecteur on obtient une lampe de bureau surprenante. Equipé d’un abat-jour, elle se transforme en lampe de chevet ou d’appoint. Réalisé par Greenfeel avec l’aide du designer Christophe Ployé, cette lampe pour amoureux des plantes et du design est commercialisée à Montpellier.

 

DSC_2985

 

DSC_2989

Crédit photos: Gael Blondeau

Se soigner en regardant les plantes, fantasme ou réalité ?

Saviez-vous que le simple fait de regarder des plantes, même quelques minutes, est bon pour votre santé ?

Cette croyance intuitive est à l’origine des parcs et autres jardins qui embellissent nos cités depuis des siècles, mais aussi de notre besoin plus récent d’agrémenter nos habitats de plantes vertes. Les chercheurs s’intéressent depuis longtemps aux raisons qui permettraient d’expliquer pourquoi la vue de végétaux est une source de bien-être pour l’homme.

Les premiers à s’être penchés sur la question sont des chercheurs en sciences sociales qui ont émis l’hypothèse que nous apprenions de notre propre culture à « aimer » les plantes. Mes ainés aiment les plantes, j’aime les plantes ; simple mais logique. Un peu comme une sorte de conditionnement par la culture. De récents travaux mêlant psychologie, physiologie et neuroscience ont permis d’émettre une autre hypothèse, mais aussi et surtout d’appréhender l’impact visuel des plantes sur la santé humaine.

La théorie qui prévaut actuellement avance que durant 2 millions d’années les populations ont évolué dans des espaces ouverts, où les masses de végétation représentaient une source de nourriture et d’eau, mais aussi une protection et un abri. Voilà pourquoi, au niveau de notre inconscient, la plante signifie toujours une chance accrue de survie.

Cette affinité pour la nature, qui est partiellement génétique, a été intitulée biophila par Edward Wilson (Wilson, 1984), et explique que l’homme moderne répond de manière particulièrement positive à la vue des végétaux, car ces derniers ont longtemps favorisés le bien-être et la survie des premiers hommes. Confrontés à de multiples menaces, nos ancêtres subissaient quotidiennement un stress psychologique épuisant. Les masses de végétation, en fournissant une zone sécurisée leur offraient un moyen de réduire rapidement ce stress et de se recharger en énergie physique ce qui leur permettait d’augmenter leur chance de survie. Comme une relique de l’évolution, l’homme a conservé cette sensibilité vis à vis des plantes qui aujourd’hui encore sont sources de récupération face au stress.

Pour démontrer ce bénéfice pour la santé, il est nécessaire de définir au préalable la notion de stress. Il est généralement appréhendé comme un processus de réponse à une situation qui est exigeante, qui présente un défi ou qui menace le bien-être (Evans and Cohen, 1987). Selon l’intensité et la durée du stress, de nombreuses manifestations négatives peuvent se produire que l’on regroupe en trois grandes catégories :

– manifestations psychologiques: sentiments d’anxiété ou de tension, dépression, colère.

– manifestations physiologiques: tension artérielle accrue, muscles tendus, production des hormones du stress (e.g.,
épinéphrine), fonction immunitaire supprimée.

– manifestations comportementales: manque de sommeil, éclats verbaux ou autres formes d’hostilité, alcool, abus de médicaments, performance réduite en ce qui concerne les tâches nécessitant une réflexion.

Comme cette liste de symptômes bien étayée le présume, le stress est associé à des effets clairement préjudiciables pour le bien-être psychologique, la performance et la santé.

Les réponses physiologiques liées à la récupération après un stress se mesurent au niveau de la conductivité de la peau, de la tension musculaire, de la durée de transit de la pulsation (une mesure qui est fortement liée à la tension artérielle systolique), de la pression artérielle et du rythme cardiaque. Tous les résultats issus des expériences visant à mesurer la récupération après un stress montre que celle-ci est plus rapide et plus complète lorsque les personnes regardent de la végétation verte. En moins de cinq minutes d’exposition, une récupération significative est mesurable au niveau physiologique et s’accompagne d’une augmentation des impressions positives, d’une baisse des sentiments négatifs, et d’un niveau d’attention plus élevé (Ulrich et al, 1991 ; Kaplan, 2001 ; Hartig et al, 2003 ; Nielsen and Hansen, 2007 ; Mitchell and Popham, 2008).

La rapidité de cette récupération soulève la possibilité que même des contacts visuels relativement brefs avec les plantes sur le lieu de travail, à la maison et dans d’autres lieux urbains pourraient être bénéfiques pour lutter contre les effets nuisibles du transport, de la pression au travail et d’autres facteurs de stress que la plupart des habitants des villes rencontrent tous les jours. 
En conclusion, prendre le temps de regarder des plantes améliore notre état d’esprit aussi bien que notre santé.

Références:

-Evans, G. W., and Cohen, S. 1987. ‘‘Environmental stress,’’ in Handbook of Environmental Psychology, edited by D. Stokols and I. Altman Wiley, New York, pp. 571–610.

-Ulrich, R.S., Simons, R.F., Losito, B. D., Fiorito, E., Miles, M. A. and Zelson, M. 1991. Stress recovery during exposure to natural and urban environments. Journal of Environmental Psychology 11: 201-230.

-Kaplan R. 2001. The nature of the view from home: psychological benefits. Environment and Behavior 33: 507-542.

-Hartig, T., Evans, G.W., Jamner, L.D., Davis, D.S., Garling, T. (2003). « Tracking Restoration in Natural and Urban Field Settings. » Journal of Environmental Psychology 23(2): 109-123.

-Nielsen T.S., Hansen K.B. 2007. Do green areas affect health? Results from a Danish survey on the use of green areas and health indicators. Health and Place 13(4): 839-850.

-Mitchell R., Popham F. 2008 Effect of exposure to natural environment on health inequalities: an observational population study. The Lancet 372(9650): 1655-1660.

La table Readymade design – Greenfeel vue par le photographe Fréderic Jaulmes

Une table dessinée et réalisée par Christophe Ployé, créateur de Readymade Design.

Un Greencube Greenfeel mis en culture par Mlle Pauline Mayonove

Un oeil derrière le viseur; Fréderic Jaulmes, et surtout un véritable talent!

Enfin, merci à Nicolas Boyer pour avoir mis à notre disposition sa belle demeure.324